Le dialogue sur les océans : Pour une action bleue en faveur du climat | CCNUCC (unfccc.int)

Postée le 03 juil. 2023 à 13h 46min

Article publié le 27 juin 2023

ONU Climat infos, le 26 Juin 2023 – Les participants au dialogue sur les océans et les changements climatiques 2023, qui s'est tenu lors de la conférence de Bonn sur le climat au début du mois de juin 2023, ont souligné l'importance cruciale des mesures de protection des océans et la nécessité d'accorder une place importante aux océans dans tous les aspects pertinents du processus des Nations unies sur les changements climatiques.

Le dialogue sur les océans de juin a coïncidé avec les préparatifs de la prochaine conférence des Nations unies sur les changements climatiques, la COP 28, qui se tiendra aux Émirats arabes unis à la fin de l'année et au cours de laquelle les résultats du bilan mondial seront au centre des préoccupations, de même que d'autres moyens d'accroître l'ambition en matière de changement climatique.

Au début du dialogue sur les océans, Simon Stiell, secrétaire exécutif d'ONU Climat, a rappelé aux participants le dernier rapport du GIEC, le groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat, qui met en évidence les dommages considérables et les pertes de plus en plus irréversibles que subissent les écosystèmes océaniques en raison du changement climatique, ainsi que les conséquences pour la sécurité alimentaire.

L'océan est la clé d'une planète équitable et durable. L'océan nous nourrit et nous soutient depuis des siècles. Nous ne pouvons pas continuer à le polluer et à le piller sans tenir compte des conséquences. Il est encore possible de façonner l'économie du XXIe siècle de manière à ce qu'elle soit propre, verte et bleue, saine, sûre et juste - pour tous les peuples, en particulier dans les régions les plus reculées et les plus vulnérables du monde, a-t-il déclaré.

Dr. Vladimir Ryabinin de l'm UNESCO, sur la nécessité d'une approche intégrée de l'océan

Priorité aux écosystèmes côtiers et à la pêche

Le dialogue sur les océans de juin 2023 s'est concentré sur la manière d'intensifier les actions visant à renforcer la résilience face aux changements climatiques et à réduire les émissions dans le cadre du lien entre les océans et le climat.

Il s'est concentré spécifiquement sur deux sujets : la restauration des écosystèmes côtiers et les écosystèmes à carbone bleu, qui comprennent la pêche et la sécurité alimentaire.

Les contributions déterminées au niveau national et les plans nationaux d'adaptation signalent les priorités des gouvernements et aident à canaliser le financement des actions de restauration, ainsi qu'à renforcer l'intégration des écosystèmes côtiers dans les processus en cours dans le cadre de la CCNUCC.

Les experts réunis dans le cadre du dialogue ont examiné un large éventail de projets et de programmes d'action climatique déjà en cours. C'est le cas, par exemple :

  • Au Cabo Verde, un partenariat stratégique entre la Bourse du Cabo Verde (Bolsa de Valores de Cabo Verde - BVC) et le Programme des Nations unies pour le développement au titre du cadre de financement national intégré du Cabo Verde (INFF) a déjà conduit à quatre émissions d'obligations durables d'un montant total de 32,5 millions d'USD. Grâce à la plateforme de financement durable Blu X, des entités du Cabo Verde et d'Afrique utilisent désormais les bénéfices pour accorder des prêts à des projets de pêche à petite échelle ou à des petits entrepreneurs.
  • À Palau, le gouvernement national s'efforce d'équilibrer les besoins de la communauté locale et de l'environnement en ce qui concerne l'aquaculture, qui est considérée comme une alternative pour réduire les pressions sur les stocks de poissons qui disparaissent ou se déplacent vers d'autres zones en raison du changement climatique. Suivant l'exemple d'autres pays, les Palaos ont développé l'aquaculture avec non seulement des poissons, mais aussi des palourdes et des concombres de mer qui filtrent l'eau de mer. À Palau, les communautés sont impliquées dans la restauration des mangroves afin de réduire l'impact de l'aquaculture et le pays cherche des alternatives à l'alimentation des poissons, comme la nourriture à base de noix de coco, après avoir constaté qu'elle avait un impact sur la qualité de l'eau.
  • Singapour encourage les synergies intersectorielles en intégrant la production d'aliments aquatiques dans divers domaines d'activité du gouvernement, tels que les stratégies de nutrition et de santé publique. L'objectif national de Singapour, connu sous le nom de "30 by 30", vise à satisfaire 30 % des besoins nutritionnels au niveau local grâce à une production alimentaire durable d'ici à 2030, en mettant l'accent sur le rôle des aliments aquatiques dans la réalisation de cet objectif.

 

Tiana Carter, coprésidente du groupe de travail de facilitation de la plateforme des communautés locales et des peuples autochtones (LCIPP), a expliqué que la communauté internationale pouvait s'inspirer de l'approche des peuples autochtones, fondée sur l'observation et l'adaptation multigénérationnelles, qui permet de comprendre en profondeur les écosystèmes.

Elle a donné un exemple dans son pays : Les Māori, le peuple autochtone d'Aotearoa Nouvelle-Zélande, ont une pratique coutumière appelée rāhui qui empêche les gens de cueillir de la nourriture ou d'accéder à une zone. Le rāhui peut être utilisé à des fins de conservation et constitue un moyen éprouvé de protéger le mahinga kai, c'est-à-dire les ressources alimentaires traditionnelles auxquelles les Māori sont profondément et intrinsèquement liés, et de restaurer le mauri (force vitale) et le hauora (santé) d'une zone.

 

La sensibilisation internationale à l'océan progresse

La prise de conscience de la nécessité d'une action climatique basée sur les océans s'accélère au niveau mondial. Cela s'est traduit tout récemment par l'adoption du « Traité sur la haute mer », officiellement appelé Conférence intergouvernementale sur la biodiversité marine des zones situées au-delà de la juridiction nationale (BBNJ).

Les participants au Dialogue sur les océans 2023 ont reconnu que les processus de la CCNUCC doivent répondre au mandat de la COP 26 d'inclure l'action fondée sur les océans dans tous les travaux menés dans le cadre de la Convention, tandis que toutes les Parties ont convenu à la COP 27 d'inclure l'action fondée sur les océans dans leurs objectifs nationaux et la mise en œuvre de ces objectifs dans le cadre de la Convention et de l'Accord de Paris.

De plus amples informations sur le chantier de l'action pour les océans dans le cadre de l'ONU sur le changement climatique, y compris les différents mandats de la COP et les précédents dialogues sur les océans, sont disponibles ici.

Voir autres

Le sud du Japon frappé de plein fouet par le typhon Lan ...

Par  La Chaîne Météo, avec AFP mis à jour le 15/08/23 ...

Postée le 17 août 2023 Tout lire


Changement Climatique : L’ACN_Togo En Action pour la Résilience Des femmes de Landa ...

Renforcer les capacités d’adaptation aux changements climatiques au s ...

Postée le 07 juil. 2023 Tout lire


Atelier national de validation du manuel de suivi évaluation du plan d’action du Cadre National pour ...

L’Agence nationale de la météorologie du Togo ANAMET, a organisé ce 1 ...

Postée le 16 sept. 2023 Tout lire


© Copyright 2023, tous droits reservés. Développé par TORO GROUP